UN AUTRE SOLEIL

Lumières et art sacré, XVème - XXIème siècles

Galerie d’art du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence. 01-03/2008

un autre soleil

En 2004, dans la haute vallée de l’Ubaye, la restauration de la grande et belle église baroque de Jausiers est en voie d’achèvement. Pendant la campagne de restauration de la nef, le lourd et monumental chemin de croix en plâtre moulé du XIXe siècle a été retiré. Le caractère éclatant des gypseries restaurées et le fait que plusieurs emplacements ne sont plus disponibles poussent la plupart des acteurs de la restauration à remettre en cause le principe de sa remise en place. Un groupe de travail comprenant le maire et des élus municipaux, le curé, l’association paroissiale, les acteurs de la restauration… se met alors en place pour définir les conditions de création d’un nouveau chemin de croix, plus en harmonie avec les tonalités de l’église restaurée.
Agathe Larpent, artiste céramiste installée dans le département, accepte de se joindre au groupe de travail et surtout de dialoguer pendant plus d’un an avec le curé, l’association paroissiale et la population locale pour arriver à un compromis qui puisse satisfaire tout le monde sans pour autant renoncer à sa vision d’artiste, marquée notamment par l’abstraction. Les débats sont parfois houleux, plusieurs habitants de Jausiers déclarant ne pas comprendre les esquisses d’un chemin de croix complètement abstrait. La numérotation de stations ne suffit pas à les convaincre. L’idée d’inscrire sur chaque plaque un mot permettant de suggérer l’essence de chaque station emporte l’adhésion et c’est l’évêque qui accomplit en définitive le choix des 14 mots retenus. Le résultat est à la hauteur des exigences de départ à la fois en terme esthétique et d’appropriation par la population. Le chemin de croix d’Agathe Larpent se caractérise par une expression artistique très maîtrisée tant du point de vue technique que de celui du dessein poursuivi, par le choix de concentrer toute l’expressivité sur les jeux de la matière (brute ou émaillée, mate ou brillante, gravée, modelée ou lisse…) et des couleurs, la progression de l’intensité colorée accompagnant le déroulement narratif du chemin de croix. Plus d’une trentaine de plaques de porcelaine ont dû être réalisées pour aboutir au choix des 14 stations de Jausiers… si bien que, dans l’atelier de l’artiste, un deuxième chemin de croix complet se trouve à disposition. Ce sont des stations de ce dernier qui sont présentées ici.
Jean-Roch Bouiller

Texte extrait du catalogue « Un autre soleil Lumière et art sacré XV - XXI siècles » editions ereme